Pas assez de toi…

Le groupe est né du mélange de plusieurs groupes, dont les Hot Pants et les Casse-pieds. En l’espace de sept années (jusqu’à leur sépa­ra­tion en 1994), la Mano Negra est devenu un grand groupe de rock en France comme à l’étranger, notam­ment en Amérique latine. Après leur sépa­ra­tion, leur leader, Manu Chao a pour­suivi une car­rière solo.

Leur pre­mier album Patchanka sort chez Boucherie Pro­duc­tions (son patron, François Had­ji-Lazaro, avait joué avec Manu Chao dans le groupe Los Carayos). Les groupes alter­nat­ifs fleuris­sent au milieu des années 1980, et la Mano se dis­tingue par sa musique mul­ti­cul­turelle : rock’n’roll 50’s, reg­gae, ska, punk, rhythm’n’blues, folk améri­cain (Rock island line de Lead­bel­ly, le même qui a écrit Where did you Sleep Last Night repris par Nir­vana), rap, fla­men­co, etc. Et aus­si par son nom­bre de langues par­lées, 3 dans ce seul album (anglais, espag­nol et français).

Après le pre­mier album, la for­ma­tion se sta­bilise avec Manu à la gui­tare, son cousin San­ti à la bat­terie, son frère Tonio (Antoine Chao) à la trompette, Tom aux claviers, Jo à la basse, Phil aux per­cus­sions, Kropol au trom­bone, Daniel Jamet à la gui­tare, tous chan­tant plus ou moins. Bien vite le suc­cès dépasse les capac­ités de l’artisanat de Boucherie Pro­duc­tions, et la Mano signe son deux­ième album, Puta’s Fever chez Vir­gin avant d’entamer un pre­mier voy­age en Amérique latine, au Pérou et au Mex­ique. La Mano Negra avait été par­o­diée à l’époque par Les Incon­nus, qui cam­paient le groupe imag­i­naire La Mano Ver­da (par­o­di­ant aus­si Les Négress­es Vertes) /​NegraBouch’Beat (ajoutant ain­si une référence à Elmer Food Beat et aux Garçons Bouch­ers).

En 1991 sort King of Bon­go, leur troisième album, entre java et musique latine, qu’ils jouent en ban­lieue. Avec le Roy­al de Luxe et Philippe Decou­flé, la Mano Negra s’embarque pour le “Car­go 92” et fait une tournée en Amérique latine. Puis une tournée au Japon d’où sort le live : In the Hell of Patchinko (leur qua­trième album, jeu de mots entre Patchanka, leur pre­mier album, et Pachinko, un jeu japon­ais).

NEGRA MANO lyrics

La Mano Negra part fin 1993 pour la Colom­bie en train. Toute cette aven­ture est racon­tée par Ramón Chao, le père de Manu, dans son livre Un train de glace et de feu. Le groupe devient insta­ble (des mem­bres par­tent, un chanteur nom­mé Fidel les rejoint en cours de route). Les séances de Casa Baby­lon, leur cinquième album, s’étirent sur 2 années : il com­mence à être enreg­istré à Ornano et finit à Cologne en 1994 en pas­sant par plein d’endroits. Puis Manu Chao tourne avec Radio Bem­ba pen­dant 2 ans, en con­tin­u­ant sous le nom de Mano Negra alors que la plu­part des mem­bres du groupe ont changé.


Auteur : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.