Pendant ce temps-là, sous la pluie de Seattle…

Nirvana - Smells like teen spirit

Alors qu’à la fin des années 80 s’es­souf­flaient les mou­ve­ments Hard Rock et Métal, représen­tés par les groupes phares que sont Metal­li­ca et Guns N’ Ros­es, une cer­taine par­tie de la jeunesse améri­caine dés­abusée allait entrain­er le monde dans une défer­lante musi­cale rarement égalée depuis les Beatles.

Non, pas les 2be3 ! J’ai dit “jeunesse améri­caine dés­abusée” ! Pfff, on ne peut pas être sérieux avec vous !

Il était une fois 1988, Kurt et ses deux potes Dave et Krist, qui fai­saient habituelle­ment du bruit dans leur garage, se demandaient com­ment cla­quer 600$ de façon utile et sans acheter de drogue. C’est dans ces cas-là qu’il faut s’y met­tre à trois. Ne voy­ant pas l’in­térêt d’a­cheter 600$ de can­nettes de bières et après mûres réflex­ions, un des trois (ne me deman­dez pas lequel, je n’en sais rien) dit aux deux autres : “et si on enreg­is­trait un n’al­boum ?” La réponse des deux autres fut instan­ta­née et de con­cert “Aaah ouai­i­i­is ! Pas con !!!” Ce fut, à peu de choses près, de cette manière que la légende Nir­vana naquit avec l’al­bum Bleach.

La suite est plus con­nue et la défer­lante dont je par­lais au début pris toute son ampleur trois ans plus tard. L’avène­ment du grunge en 1991 est provo­quée par la sor­tie de Nev­er­mind et le son si par­ti­c­uli­er qui à redonné à l’ado­les­cence du monde entier l’en­vie de bouger les cheveux, de crier à l’u­nis­son son dés­espoir, son mal-être et de porter chemis­es à car­reaux et autres jeans troués…

Ma copine helvète, Flo­rence, qui tient un blog vache­ment bien ficelé entière­ment dédié à Nir­vana vous expli­quera mieux que moi et dans les détails la car­rière de ce groupe qui a changé défini­tive­ment la face du Rock mondial…

Nirvana, Smells Like Teen Spirit

Load up on guns and bring your friends
It’s fun to lose and to pretend
She’s over bored and self assured
Oh no, I know a dirty word
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hello

With the lights out it’s less dangerous
Here we are now, enter­tain us
I feel stu­pid and contagious
Here we are now, enter­tain us

A mulat­to
An albino
A mosquito
My Libido
Yeah

I’m worse at what I do best
And for this gift I feel blessed
Our lit­tle group has always been
And always will until the end

Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hello

With the lights out it’s less dangerous
Here we are now, enter­tain us
I feel stu­pid and contagious
Here we are now, enter­tain us

A mulat­to
An albino
A mosquito
My Libido
Yeah

And I for­get just why I taste
Oh yeah, I guess it makes me smile
I found it hard, it’s hard to find
Oh well, what­ev­er, nevermind

Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
Hel­lo, hel­lo, hel­lo, how low ?
hel­lo, hel­lo, hello

With the lights out it’s less dangerous
Here we are now, enter­tain us
I feel stu­pid and contagious
Here we are now, enter­tain us

A mulat­to
An albino
A mosquito
My Libido
A denial

Plus d’in­fos : Paroles d’une groupie…


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.