Petites citations entre amis

À Paris, les pro­prié­taires trou­vent nor­mal de louer un 15 m² pour les trois quarts d’un SMIC. Sans pis­ton, il est qua­si­ment impos­si­ble de trou­ver un loge­ment dans une grande ville à un prix décent.” Leïla Chaïbi, Col­lec­tif jeu­di noir.

Les Français ont de plus en plus ten­dance à se con­sid­ér­er comme des con­som­ma­teurs et non plus comme des citoyens. Cela veut dire qu’ils accor­dent plus d’im­por­tance à leurs intérêts per­son­nels qu’à l’in­térêt général ou aux valeurs morales.” Robert Rochefort, soci­o­logue. Dernier ouvrage paru : “Le Bon Con­som­ma­teur et le mau­vais citoyen” (Odile Jacob, 2007).

Les gens se foutent de l’indépen­dance de la presse ! Aux yeux de cer­tains, l’in­tégrité n’est qu’une forme déguisée d’é­goïsme…” Bernard*, cri­tique musi­cal pour plusieurs magazines.

Au gala annuel de l’Ed­hec, les anciens élèves sont invité à nous racon­ter com­ment ils ont réus­si à se faire pote avec un grand patron, et nous sommes cen­sés être béats d’ad­mi­ra­tion. Le nec plus ultra, c’est d’être un fils de pro­lo qui, grâce à son bagou, a réus­si à copin­er avec des mecs hauts placés.” Julien, 24 ans, étu­di­ant à l’Edhec.

Le pis­ton, c’est sou­vent un fan­tasme de sous-pro­lé­taire. Le peu­ple croit que l’on obtient tout par pro­tec­tion. En réal­ité les pis­tons des petits sont lim­ités. Le pis­ton, c’est surtout l’en­tente entre les puis­sants : c’est leur manière de se repro­duire et de préserv­er le pou­voir.” Pierre Bour­dieu, in “La France du Pis­ton” de Claude Askolovitch et Syl­vain Attal (Robert Laf­font, 1992).

Jusqu’aux années 60, quand on voulait obtenir quelque chose on se tour­nait vers l’É­tat. Aujour­d’hui on se tourne vers ses sem­blables. Chaque per­son­ne est plurielle et rien ne lui inter­dit de jouer sur plusieurs tableaux pour par­venir à ses fins.” Michel Maffesoli, soci­o­logue, in “Le Temps des Tribus” (La Table Ronde, 2000)

Pour que je cède mes deux places en tri­bune prési­den­tielle pour le pre­mier match [de la coupe du monde de rug­by, ndlr], per­son­ne ne m’a pro­posé d’ar­gent. En revanche on m’a offert de fig­ur­er en cou­ver­ture d’un mag­a­zine, d’avoir le pre­mier rôle dans une grosse pro­duc­tion, de pren­dre mon fils en stage, de faire inscrire ma fille à Hen­ri IV, de me prêter une mai­son à l’Ile Mau­rice, et même de me délivr­er le per­mis de con­stru­ire qu’on m’a tou­jours refusé.” Célèbre acteur français qui tient à rester anonyme…

Extraits de La France du pis­ton et des passe-droits, par Anna Topaloff, David Kleczews­ki et Lau­rent Reyes, in Mar­i­anne n° 544 du 22 au 28 sep­tem­bre 2007.
* Le prénom a été changé.


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.