Quand les citoyens brassent du vent…

Des représen­tants du col­lec­tif de veille sociale 28 ont été reçus le mar­di 23 jan­vi­er par François Bon­neau, vice-prési­dent du Con­seil région­al. Pen­dant une heure, les par­tic­i­pants représen­tant les pro­fes­sion­nels de l’en­fance ont exposé les con­séquences sur leur pro­fes­sion mais aus­si sur la société toute entière de la Loi “préven­tion délin­quance” de Nico­las Sarkozy, qui passe en lec­ture devant le Sénat.

M. Bon­neau a claire­ment exprimé ses réserves par rap­port à cette loi et aux inci­dences qu’elle aura sur le sys­tème édu­catif ain­si que sur la préven­tion. Une cen­taine de man­i­fes­tants présents ont pu accéder au Con­seil région­al, qui avait mis à dis­po­si­tion une salle de con­férence. Le col­lec­tif a réaf­fir­mé la néces­sité de l’ab­ro­ga­tion de ce texte et a demandé que son action soit relayée pour que 60 députés sai­sis­sent le Con­seil con­sti­tu­tion­nel. Ce qui peut être fait, peut et doit être défait !!! À tra­vers cette loi, c’est un autre choix de société qui nous est dess­iné, une société ultra répressive.

Les Enfants de don Qui­chotte ont ren­con­tré M. Bor­loo et Mme Vautrin ce matin, pour leur expli­quer que, dans les con­di­tions actuelles, ils ne pou­vaient envis­ager la fin des campe­ments, qui sont certes absol­u­ment inadap­tés, mais ren­dus inévita­bles par l’ur­gence. En effet, des per­son­nes en détresse vien­nent quo­ti­di­en­nement y chercher un ultime refuge, et per­son­ne ne peut le leur refuser. Il faut aider tous ces gens, qui refusent d’aller dans cer­tains cen­tres qui les con­duisent, quelques jours plus tard, à nou­veau dehors.

Les Enfants de Don Quichotte

Face à l’ur­gence et dans l’at­tente de la dis­pari­tion des campe­ments, l’as­so­ci­a­tion appelle à la mobil­i­sa­tion de tous, citoyens, asso­ci­a­tions, tra­vailleurs soci­aux, villes et départe­ments, qui doivent con­tribuer à trou­ver des solu­tions dignes et adap­tées. C’est là une fonc­tion qui dépasse les com­pé­tences des Enfants de Don Qui­chotte, ceux-ci n’ont jamais eu pour voca­tion de rem­plir la fonc­tion de ges­tion­naires de campements.

Les Enfants de Don Qui­chotte ont trou­vé un accord posi­tif et ferme sur trois points : Ren­force­ment des moyens pour met­tre à l’abri immé­di­ate­ment dans des con­di­tions dignes toute per­son­ne sans domi­cile. Ces per­son­nes mis­es à l’abri aujour­d’hui et celles en cen­tre d’héberge­ment d’ur­gence ne seront plus remis­es à la rue sans que leur soit pro­posée une solu­tion pérenne leur con­venant. Ce principe acté dans le relevé de déci­sions du 8 jan­vi­er sera effec­tif au plus tard la semaine prochaine. Des cel­lules vont se dévelop­per dès aujour­d’hui à l’in­ten­tion des per­son­nes qui ne sont pas sur le Canal Saint-Mar­tin ou les campe­ments en province, afin d’é­val­uer et d’ori­en­ter cha­cun vers une solu­tion adap­tée, avec dans un pre­mier temps une mise à l’abri immédiate.

Plus d’in­fo : Les Enfants de Don Quichotte


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.