Religions, pièges à cons !

Il aura fal­lu atten­dre la dernière page, mais cet arti­cle-là était le bien­venu ! La reli­gion du fric est tout aus­si intolérable, pour un laï­card de ma sorte, que la plu­part des fanatismes liés aux “livres saints”…

Dans l’É­cho du week-end, on appre­nait donc que Claire, anci­enne élève de l’é­cole de hautes études com­mer­ciales (Edhec) de Lille, préférait démis­sion­ner et per­sévér­er dans sa volon­té de con­cili­er sa “quête de sens avec un emploi qui [lui] per­me­tte d’u­tilis­er [ses] com­pé­tences” plutôt que s’en­richir sans gène dans une fonc­tion qui “man­quait énor­mé­ment de sens pour [elle]”.

Edhec solidarité (er14151006)

A l’in­star de Franck et Antoine, de plus en plus de diplômés des grandes écoles délais­sent les salaires dorés sur tranche que leur pro­posent les entre­pris­es qui les sol­lici­tent à la sor­tie de leur études, pour se tourn­er vers des car­rières moins rémunéra­tri­ces mais net­te­ment plus por­teuses de sens.

Gageons que ceux-là seront d’un sec­ours pré­cieux dans la nou­velle économie, celle qui replace l’hu­main au cen­tre et non plus en périphérie, celle qui en fait un atout plus qu’une vari­able d’ajustement.

Lors d’une for­ma­tion à la créa­tion d’en­tre­prise à la cham­bre de com­merce et d’in­dus­trie d’Eure-et-Loir, j’avais déjà goûté à la vul­gate libérale qui vous apprend com­ment faire de juteux béné­fices et n’en déclar­er aucun, et j’é­tais repar­ti avec mes pro­jets sol­idaires sous le bras. Je n’é­tais pas le seul…

Mais main­tenant, nous sommes de plus en plus nombreux !


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.