Rien ne sert de courir, petit frère…

Underground Connection

Il faut juste par­tir à point, comme dirait Jean.

Petit frère

Petit frère n’a qu’un souhait devenir grand,
C’est pourquoi il s’obstine à jouer les sauvages dès l’âge de dix ans.
Devenir adulte, avec les infos comme mentor,
C’est éclater les tronch­es de ceux qui ne sont pas d’accord.

À l’époque où grand frère était gamin,
On se tapait des délires sur Blanche-Neige et les Sept Nains.
Main­tenant les nains ont giclé Blanche-Neige et tapent
Écla­tent des types claque­nt dans Mor­tal Kombat.

À treize ans, il aime déjà l’argent avide
Mais les poches sont arides, alors on fait le caïd.
Dans les boums, qui sont désor­mais des soirées, plus de sirop Teisseire.
Petit frère veut des bières.

Je ne crois pas que c’était volon­taire, mais l’adulte c’est certain,
Indi­recte­ment a mon­tré que faire le mal, c’est bien.
Demain ses cahiers seront pleins de ratures,
Petit frère fume des spliffs et casse des voitures.

Petit frère a déserté les ter­rains de jeux.
Il marche à peine et veut des bottes de sept lieues.
Petit frère veut grandir trop vite
Mais il a oublié que rien ne sert de courir, petit frère.

Petit frère rêve de bag­noles, de fringues, de thunes
De répu­ta­tion de dur, pour tout ça il vol­erait la Lune.
Il col­lec­tionne les méfaits sans se soucier
Du mal qu’il fait, tout en deman­dant du respect.

Peu lui importe de quoi demain sera fait,
De don­ner à cer­tains des raisons de mépris­er son cadet.
Dans sa tête le ray­on­nement du tube cathodique
A étouf­fé les vibra­tions des tam-tam de l’Afrique.

Il n’a plus de cartable, il ne saurait quoi en faire.
Il ne joue plus aux billes, il veut jouer du revolver.
Petit frère a jeté ses sol­dats pour devenir un guerrier
Et penser au butin qu’il va amasser.

Les jour­nal­istes font des modes, la vio­lence à l’école exis­tait déjà
De mon temps, les rack­ets, les bas­tons, les dégâts,
Les coups de bat­te dans les pare-bris­es des tires des instituteurs,
Embrouil­lés à coups de cutter.

Mais en par­ler au jour­nal tous les soirs ça devient banal.
Ça s’imprime dans la rétine comme sit­u­a­tion normale
Et si petit frère veut faire par­ler de lui
Il réitère ce qu’il a vu avant huit heures et demie.

Merde, en qua­tre-vingt c’était des états de faits, mais là
Ces jour­nal­istes ont faits des états
Et je ne crois pas que petit frère soit pire qu’avant,
Juste sur­ex­posé à la pub, aux actes violents.

Pour les grands, les goss­es est le meilleur citron,
La cible numéro un, le ter­rain des pro­duits de consommation,
Et pour être sûr qu’il s’en procure
Petit frère s’assure, flingue à la ceinture.

On sait ce que tu es quand on voit ce que tu possèdes.
Petit frère le sait et garde ce fait en tête.
L’argent lui ouvri­rait les portes sur un ciel azur aussi
Facile­ment que ses tournevis ouvrent celle des voitures.

Le grand stand­ing, c’est tout ce dont il a envie.
Ça passe mieux quand tu portes Gior­gio Armani.
Soucieux du regard des gens,
Mal­gré son jeune âge, petit frère fume pour paraître plus grand.

Il voudrait pren­dre l’autoroute de la fortune
Et ne se rend pas compte qu’il pour­rait y laiss­er des plumes.
Il vient à peine de sor­tir de son œuf
Et déjà petit frère veut être plus gros que le bœuf.

Petit frère a déserté les ter­rains de jeux.
Il marche à peine et veut des bottes de sept lieues.
Petit frère veut grandir trop vite
Mais il a oublié que rien ne sert de courir, petit frère.

Source : Extrait de l’al­bum L’É­cole du Micro d’Ar­gent, IAM (1997).
Paroles : Gabriel Ben­amou, Geof­froy Mus­sard, Pas­cal Perez, Philippe Fragione.


Auteur/autrice : Lafontanelle

Hylotrupes bajulus les soirs de pleine lune...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.