Des Plumes et des Buvardes…

Plume & Buvard, une asso­ci­a­tion pas comme les autres pour pro­mou­voir un méti­er pas comme les autres. Cela vaut bien quelques expli­ca­tions… Qui sommes-nous ?

Con­tin­uer la lec­ture de « Des Plumes et des Buvardes… »

Attention, ce flim n’est pas un flim sur le cyclimse…

Pourquoi l’homme le plus classe du monde est-il mort en soupi­rant “monde de merde” ?

Con­tin­uer la lec­ture de « Atten­tion, ce flim n’est pas un flim sur le cyclimse… »

Le 9e programme de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ne fait pas l’unanimité

Le Comité de bassin Loire Bre­tagne s’est réu­ni ven­dre­di 1er décem­bre 2006 à Orléans. Au cours de cette réu­nion, le 9e pro­gramme de l’A­gence de l’eau a été soumis à l’ap­pro­ba­tion des mem­bres du Comité. Le vote à bul­letins secrets a eu pour résul­tats : 56 voix pour, 31 con­tre, avec une absten­tion et qua­tre bul­letins nuls. Ce vote de défi­ance, qui est une pre­mière en Loire Bre­tagne, a été porté par les mem­bres asso­ci­at­ifs du Comité de bassin : pêcheurs, con­som­ma­teurs, envi­ron­nemen­tal­istes et représen­tants des grandes col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales du bassin.

Con­tin­uer la lec­ture de « Le 9e pro­gramme de l’Agence de l’eau Loire-Bre­tagne ne fait pas l’unanimité »

Absalon, dans un fauteuil…

C’est la fin de l’an­née et ça caille un peu ! Donc, au coin du feu, entre raclette et vin chaud, j’en prof­ite pour dis­tribuer les bons points et les mau­vais. C’est ma spé­cial­ité.

Con­tin­uer la lec­ture de « Absa­lon, dans un fau­teuil… »

De l’art en bar et une Rolls pour les pauvres !

Oui ! Même les pau­vres ont droit au luxe, au nom de la devise inscrite au fron­ton de nos mon­u­ments : Lib­erté, Égal­ité, Fra­ter­nité !

Vic­tor savait déjà qu’au point de vue poli­tique, il n’y a qu’un seul principe, la sou­veraineté de l’homme sur lui-même. cette sou­veraineté de moi sur moi s’ap­pelle Lib­erté. (1)

Alors amis érémistes, amis chômeurs, soyez libres de vouloir le luxe, osez le stupre et la lux­u­re ! Vous Les Mis­érables, n’ab­hor­rez pas l’ar­gent, ne méprisez pas les rich­es, lisez Hugo : Ce ne serait pas une haine intel­li­gente que la haine du luxe. Cette haine impli­querait la haine des arts. (1)

Art en Bar

Tiens, en par­lant d’art, j’en ai en bar ! Qui a dit que le pau­vre était tou­jours grincheux ? Le “cas­sosse” aus­si peut être esthète ! Et oubli­er un peu sa mis­ère sociale et le Ségo-Sarko Show, le temps d’une expo­si­tion… Pen­dant ce temps au château de la Politic Acad­e­my, le petit Nico­las, qui a sûre­ment enten­du par­ler du grand Vic­tor et se voit bien bal­ay­er Jacques et Dominique, se dit peut-être pour se con­sol­er et patien­ter, qu’il est quelque­fois plus dif­fi­cile d’être le sec­ond que le pre­mier. Il faut moins de génie, mais plus de courage. (2) Tan­dis que la belle Ségolène, qui elle aus­si con­nait le poète, encour­age les enseignants à faire réelle­ment leurs 35 heures au ser­vice de leurs élèves car l’édu­ca­tion, c’est la famille qui la donne, l’in­struc­tion, c’est l’É­tat qui la doit. (3)

Ah ! j’en­tends déjà les cris d’or­fraie des volatiles de tous bor­ds se lamenter de la pau­vreté de mes cri­tiques, de mon oppo­si­tion stérile et de ma fâcheuse ten­dance à nier qu’à droite, on eût quelque­fois de bonnes idées, tant qu’à gauche on eût par­fois un peu d’in­tel­li­gence… Mais moi aus­si, j’ai lu Hugo, et donc je sais que les néga­teurs ne sont pas des cri­tiques. Une haine n’est pas une intel­li­gence. Injuri­er n’est pas dis­cuter. (4) Ah s’ils avaient lu, ils sauraient ! Injuri­er n’est pas nuire. Voilà ce que les enne­mis ignorent. Ils ne peu­vent pas ne point insul­ter, et c’est là leur util­ité. (2)

Puisqu’on par­le politesse, rap­pelons-nous que des Jean-Pierre et un Xavier, à Chartres et à Lucé, pour n’avoir pas assez goûté William Shake­speare et pour ne pas con­naître l’homme qui rit, courent après la recon­nais­sance et le suc­cès, avec arro­gance… Soit dit en pas­sant, c’est une chose assez hideuse que le suc­cès. Sa fausse ressem­blance avec le mérite trompe les hommes. (1) Ils veu­lent tous en être, du Mou­ve­ment Pop­u­laire ! Mais quoi ? La pop­u­lar­ité ? C’est la gloire en gros sous. (5)

Dans mon cos­tume de comique, je m’en vais donc qué­man­der aux bour­geois les clés de la Rolls, pour l’ex­po de same­di en huit… Je n’ose espér­er qu’elle ait trop de suc­cès, j’au­rais l’air d’un sot… Et comme dis­ait Vic­tor, un sot est un imbé­cile dont on voit l’orgueil à tra­vers les trous de son intel­li­gence… (6)


(1) Vic­tor Hugo, Les Mis­érables
(2) Vic­tor Hugo, L’Homme qui rit
(3) Vic­tor Hugo, Actes et Paroles
(4) Vic­tor Hugo, William Shake­speare
(5) Vic­tor Hugo, Ruy Blas
(6) Vic­tor Hugo, Faits et croy­ances

Quand le ballon dort, Henry canne…

Thierry Henry

Ay Caram­ba ! Encore raté ! ”

Thier­ry Hen­ry pour­rait para­phras­er Ramon Bada et Alon­zo Perez, les deux com­pères de L’or­eille cassée.

On y croy­ait un peu plus cette année, surtout les foo­teux car les autres s’en foutent ségolène­ment, je vous l’ac­corde. Notre Titi nation­al a réus­si une de ses meilleures saisons en 2006. Deux finales, les plus pres­tigieuses. Des buts, en veux-tu, en voilà ! (40). Mais le hic, cette année encore, pas de titre…

En gros chau­vin français, je pour­rais m’indign­er, hurler voire même pleur­er ; cela ne chang­erait rien mais ça me soulagerais… Mais je ne peux que con­stater que l’I­tal­ie nous a encore banané !

Allez Titi ! Gagne un truc cette année, ça peut plus dur­er ! N’im­porte quoi on s’en fout ! J’sais pas moi, la coupe de la ligue ou même une tombo­la, mais gagne un truc… Gagne-le ce bal­lon d’or qu’on en finisse ! On le sait que tu le mérites ! On ne met pas en moyenne 25 buts par an juste en cham­pi­onnat depuis cinq ans sans être un grand joueur. Jusque-là, ton seul trophée c’est le “Pouli d’or” !

Cap­i­taine Fabio n’a pas démérité non plus. Il a réus­si, en tant que cap­i­taine de son équipe nationale, à rem­porter la coupe du monde. Est ce que ça suf­fit pour une dis­tinc­tion ? Buf­fon a été beau­coup plus décisif pour son pays lors du Mon­di­al ger­manique. Mal­heureuse­ment, sacr­er un gar­di­en de but, ce n’est pas un réflexe, loin de là…

Quand je pense à John Carew, favori du “Bal­lon de plomb” cette année, qui a lit­térale­ment écœuré dans son jardin, mar­di dernier, le lau­réat du jour… Je me demande s’ils ne votent pas avec des mou­fles !


Illus­tra­tion : Car­i­ca­ture Zone