La trilogie du lundi, épisode 3 : En attendant la suite…

Avec le départ de Schu­mach­er, 2006 mar­que la fin des pilotes mécanos qui savent régler une voiture.

La sai­son 2007 va nous prou­ver un tas de choses :

Felipe Massa - F1 Légo

Alon­so va ramer avec une Mer­cedes déjà peu fiable et des pneus presque incon­nus au batail­lon. Eddie Jor­dan, à qui on a rien demandé, affirme que ça pren­dra au moins deux saisons. Sans par­ler du petit-nou­veau-qui-a-grave-la-dalle : Lewis Hamil­ton. Ce gars-là va faire beau­coup de mal notre “Ibère le plus rapi­de de l’ouest”, c’est garan­ti.

Renault aura la sacro-sainte fia­bil­ité, certes, mais sauront-ils faire avec ces nou­veaux pneus ? Chez eux aus­si ils auront le-petit-nou­veau-qui-a-bien-la-dalle : Hek­ki Kovalainen. Kovalainen n’est que depuis peu dans le “grand bain” mais ça ce n’est pas grave, il s’adaptera vite. Les plus gros hand­i­caps de la soi dis­ant écurie française seront sans aucun doute les pilotes… Avec surtout “Fisi­co” qui ne sert à rien ! Il nous le prou­ve à tous depuis deux ans. Si Trul­li avait eu le même agent que lui, il serait tou­jours chez Renault. Bref, ce n’est pas gag­né.

Chez les Rouges ? Ben ça va ! Les deux pilotes les plus rapi­des du moment ! Le con­sul­tant-retraité de luxe dans le staff ! Les pneus con­nus sur le bout des jantes ! Mas­sa prou­vera à tous que le “Nou­veau Sen­na” que cherchent les médias depuis 1994 c’est lui.. et en moins con­nard, ce qui n’est pas du luxe.. Le tifosi va se régaler !

La sur­prise vien­dra prob­a­ble­ment de Hon­da. Le con­struc­teur nip­pon-ni-mau­vais vient de boucler son pre­mier cham­pi­onnat en tant que mar­que offi­cielle en empor­tant une vic­toire. Con­struc­teur japon­ais, pneus japon­ais, et surtout, très impor­tant, pas de pilote japon­ais ! Ça ne peut que marcher.

2007 mar­quera le vrai début de l’ère des pilotes fils-à-papa et leur gros chèque. Ce qui ne nous empêchera pas de crier : VIVEMENT L’AN PROCHAIN ! Car ce sport fera tou­jours vibr­er… Ami fana de F1, si tu as lu tout ça jusqu’i­ci, bra­vo ! Tu es un héros… Main­tenant, que tu sois d’ac­cord avec moi ou pas (surtout si tu ne l’es pas), exprime toi, mon coco…


La trilogie du lundi, épisode 2 : Bibendum met la gomme !

C’est comme ça qu’on gagne son pre­mier titre Fer­nan­do ?

Sauf que ! Vient le mois de juin, où l’Amérique se pré­cip­ite à 250 000 à Indi­anapo­lis pour y voir les voitures les plus rapi­des du monde… C’é­tait comme ça qu’on leur avait ven­du le con­cept.

Le prob­lème c’est que la FIA n’a pas pen­sé que Ralf Schu­mach­er ne savait pas con­duire aus­si bien que son frère et que, par­fois, Toy­ota ne savait pas non plus régler une sus­pen­sion. Arrive aux essais ce qui doit arriv­er quand on con­nait les deux paramètres cités plus haut, Ralf se prend le même muret qu’en 2004 mais ce coup-ci il se fait mal, l’an­douille ! Et dans la même séance Trul­li, l’autre “Toy­otiste” pète le meilleur temps !

Bibendum

Alors tout de suite, Miche­lin, qui est de bonne foi, se dit y’a comme un défal, alors que non ! Les autres n’ont aucun souci, y com­pris Raikon­nen qui est en lutte pour le titre et qui fait aus­si des gros chronos… Dans le doute, Miche­lin qui ne peut pas pren­dre le risque d’en­voy­er 14 savon­nettes sur une piste plus abra­sive qu’à l’habi­tude décide de pren­dre la déci­sion que tout le monde con­nait…

Pen­dant ce temps chez les rouges, alors que tout le monde par­le d’an­nuler car­ré­ment la course, on se frotte les mains et on se fend la poire allè­gre­ment… Pourquoi ? Parce que Bridge­stone est comme à la mai­son à Indi­anapo­lis. Et oui, les japon­ais béné­fi­cient d’une solide expéri­ence en for­mule Indy, Cham­p­car et autres cours­es de ronds points dont j’ai oublié les noms… Pour le coup, no prob­le­mo ! Nous on y va, on sait faire… D’ailleurs ils ont gag­né aus­si cette année et à 22 sur la piste !

On n’al­lait quand même pas annuler une course sous pré­texte que Miche­lin ne sait plus faire de pneus ! La FIA était coincée. C’est comme ça qu’avec une règle à la con on se retrou­ve avec 6 voitures au départ… Aux États-Unis en plus, ça la fout mal ! Au final, la “règle qui tue” se trans­forme en “règle qui pue”. Résul­tat : course à 6, vic­toire Fer­rari, la “teu-hon-Léon” aux USA et dis­crédit sur la dis­ci­pline. En 2006, on annule cette règle toute nase et pour cam­ou­fler le cam­ou­flet, on dit vive le V8 et la Super­Pole ! Et en 2007 ? Tous en Bridge­stone comme ça plus de souci… Quand Eccle­stone et Mosley réfléchissent, je vous jure que ça fuse ! J’ai déjà hâte d’être en 2008 et de voir les beaux ailerons arrières qu’ils nous ont pon­du…

Je vois tout de suite venir le fan à cas­quette bleue me dire oui, mais en 2006, il s’est bien fait niquer le Bosch ! C’est vrai… Il faut avouer qu’avec des règles plus équita­bles il s’en est fal­lu de peu pour Schu­mi, non ? À deux cours­es de la fin on y croy­ait encore. Puis la fia­bil­ité a choisi son camp… Je n’ai qu’une chose à dire : Bra­vo Fer­nan­do, et pour la suite bon courage surtout !