Lettre ouverte à Laure de la Raudière

Madame la députée, j’é­tais jusqu’au 26 décem­bre dernier habi­tant de Lucé, dans votre cir­con­scrip­tion. Sous le coup d’une mesure d’ex­pul­sion depuis juil­let 2007 et n’ayant plus les moyens d’as­sur­er mon main­tien dans le loge­ment, j’ai demandé ce jour-là à l’OPAC 28 (devenu depuis Habi­tat Eurélien) un ren­dez-vous pour le lende­main afin d’établir l’é­tat des lieux sor­tant et ain­si ren­dre les clés avant la fin de l’année, ceci dans le but d’éviter une nou­velle dette rel­a­tive à la taxe d’habitation payable en 2008.

Con­tin­uer la lec­ture de « Let­tre ouverte à Lau­re de la Raudière »

Je m’introduis sur la piste, observez la manière dont opère un spécialiste…

Je ne sais pas si vous avez déjà fait un tour sur l’Eurélien [note du 28/​09/​08 : ancien agré­ga­teur du site mais qui n’est aujour­d’hui plus disponible], mais grâce à cet out­il que j’avais mis en place, j’ai ren­con­tré mes voisins !

Con­tin­uer la lec­ture de « Je m’introduis sur la piste, observez la manière dont opère un spé­cial­iste… »

Morland, casse-toi de Lucé ! Ta liste, ta tronche, tes magouilles, ta 4L et tes amis… Même ta femme, on n’en veut pas !

Tu m’as sûre­ment déjà classé dans la caté­gorie de ces “mau­vais­es langues qui dis­ent que [tu es] un voleur, une fripouille” et acces­soire­ment, je m’en fous. Une chose est sûre mon Jacquot, moi non plus je ne t’ai pas oublié.

Con­tin­uer la lec­ture de « Mor­land, casse-toi de Lucé ! Ta liste, ta tronche, tes magouilles, ta 4L et tes amis… Même ta femme, on n’en veut pas ! »

Les communistes se rappellent à votre bon souvenir…

Ce soir, je rece­vais dans ma boîte mail la “con­vo­ca­tion” qui m’en­joint à me ren­dre à la réu­nion du Par­ti com­mu­niste à Lucé pour les prochaines munic­i­pales.

Con­tin­uer la lec­ture de « Les com­mu­nistes se rap­pel­lent à votre bon sou­venir… »

Chartres et Lucé se dépeuplent grâce à la gestion clientéliste de leurs édiles…

Le voilà, le vrai bilan des man­da­tures gorgi­en­ne et mor­lan­desque. Dans sa vérité crue : entre 1999 et 2006, la pre­mière et la troisième ville du départe­ment ont vu le nom­bre de leurs habi­tants dimin­uer : — 0,15 % pour Chartres, — 2,16% pour Lucé ! Un véri­ta­ble désaveu de la poli­tique clien­téliste qui y est menée, alors que l’ensem­ble du départe­ment voit, lui, sa pop­u­la­tion aug­menter.

Con­tin­uer la lec­ture de « Chartres et Lucé se dépe­u­plent grâce à la ges­tion clien­téliste de leurs édiles… »

L’opaque dans le viseur du castor !

- “Ben alors, qu’est-ce qu’il fab­rique le coléop­tère ? Scotchéop­tère, oui ! Ça bal­ance ses petits copains, ça racon­te “y a une suite” et ça trou­ve le moyen de patien­ter quinze bil­lets au moins avant de cracher sa Val­da, je dis crotte !
 — Et je dis que tu as bien rai­son, avec ton vilain chandail… Mais c’est que je n’ai pas que des con­ner­ies à écrire !”

Con­tin­uer la lec­ture de « L’opaque dans le viseur du cas­tor ! »

NPAI : N’habite plus à l’adresse indiquée…

Oui, en voy­ant ces ini­tiales, on pense tout de suite à une série améri­caine pour­rie où un expert en xylophages vous aide à savour­er la langue de bois. Mais non. C’est sim­ple­ment les ini­tiales qu’ap­pose le fac­teur sur votre cour­ri­er le jour où vous avez le mau­vais goût de démé­nag­er sans laiss­er d’adresse…

Con­tin­uer la lec­ture de « NPAI : N’habite plus à l’adresse indiquée… »