Chartres et Lucé se dépeuplent grâce à la gestion clientéliste de leurs édiles…

Le voilà, le vrai bilan des man­da­tures gorgi­en­ne et mor­lan­desque. Dans sa vérité crue : entre 1999 et 2006, la pre­mière et la troisième ville du départe­ment ont vu le nom­bre de leurs habi­tants dimin­uer : — 0,15 % pour Chartres, — 2,16% pour Lucé ! Un véri­ta­ble désaveu de la poli­tique clien­téliste qui y est menée, alors que l’ensem­ble du départe­ment voit, lui, sa pop­u­la­tion augmenter.

Con­tin­uer la lec­ture de « Chartres et Lucé se dépe­u­plent grâce à la ges­tion clien­téliste de leurs édiles… »